Fr | Nl

Accès rapides


Newsletter


Rangerclub du WWF


Espèces menacées

La Belgique aussi détruit son stock d’ivoire

mercredi 9 avril 2014

La Belgique a procédé aujourd’hui à la destruction de son stock d’ivoire. La tonne et demie d’ivoire passée dans la broyeuse correspond à la quantité saisie par les douanes depuis 1984, l’année où la Belgique a ratifié la Convention sur le commerce international des espèces menacées (CITES). Le WWF se réjouit de cette action, un signal fort que la Belgique veut s’attaquer au commerce illégal de l’ivoire.

Chaque année, entre 20 000 et 30 000 éléphants sont tués pour leur ivoire en Afrique. Il subsiste environ 500 000 éléphants sauvages en Afrique, ce qui signifie que si le braconnage continue à ce rythme, les éléphants sauvages pourraient avoir disparu du continent africain d’ici une génération. La situation a empiré ces dernières années, principalement à cause de la demande croissante pour l’ivoire en Asie et parce que le commerce illégal de l’ivoire est entre les mains de groupes criminels bien organisés. Cela est décrit dans un rapport du WWF de l’année passée. Aujourd’hui le commerce illégal des espèces menacées est une activité très rentable et à faible risque. Le braconnage s’est « professionnalisé » et se fait à l’aide de moyens beaucoup plus sophistiqués qu’il y a dix ans (hélicoptères, outils de vision nocturne, armes lourdes, etc).

Ce commerce rapporte au moins 19 milliards de dollars par an, ce qui en fait le quatrième commerce illégal après la drogue, la contrefaçon et le trafic d’êtres humains. Outre le fait que ce commerce criminel pousse de nombreuses espèces menacées vers l’extinction, il menace aussi la sécurité nationale et augmente les risques pour les populations.

Le commerce illégal d’espèces sauvages finance les armes et la guerre

La plupart de ce commerce est aujourd'hui dirigée par des réseaux criminels internationaux qui étendent progressivement leurs ramifications. Les bénéfices de ce commerce sont dirigés principalement vers l'achat d'armes et financent les guerres, comme le montre le rapport du WWF. En outre, le rapport explique que cette implication des réseaux criminels et des groupes rebelles augmente, ce qui est confirmé par Europol. Malheureusement, il y a un manque criant d’une approche systématique et coordonnée des services de police et de justice, nécessaire pour enrayer le trafic d'espèces animales menacées. La consommation de produits à base d’espèces sauvages est également facilitée à cause de la disponibilité accrue des produits sur Internet.

Gwendoline Viatour, porte-parole du WWF : « Petit à petit, les autorités commencent à considérer le commerce illégal d’espèces sauvages comme un problème de criminalité internationale et plus seulement comme un problème purement environnemental. Une approche systématique est nécessaire pour enrayer le trafic d'espèces animales menacées. Les gouvernements et les ONGs ont un rôle important à jouer dans l’interpellation des pays qui ne respectent pas leurs obligations internationales en ce qui concerne le commerce illégal des espèces sauvages. Les initiatives de TRAFFIC (Elephant Trade Information System) et du WWF (Wildlife Crime Scorecard) sont des exemples de suivi des pays dans ce domaine».

L’Europe peut mieux faire

La destruction de l’ivoire a été opérée à la veille de la réunion de la Commission européenne qui visera à décider de mesures pour contrer le commerce illégal des espèces menacées. En 2011, l’importation totale en Europe de produits issus d’espèces menacées s’élevait à presque 500 millions d’euros. La base de données de l'Union européenne-TWIX rassemble l’ensemble des saisies d'animaux (et des parties d'animaux) qui se trouvent sur la liste de la CITES. Depuis 2000, plus de 37 000 saisies y ont été répertoriées - une moyenne de 2500 par an. Le pouvoir de mettre en place la CITES est réparti entre les différentes autorités dans les États membres de l'UE tels que les douanes, la police, les services d'inspection, etc. Souvent, ces services ne fonctionnent pas ou ne sont pas suffisamment coordonnés. Le WWF et TRAFFIC ont fait des recommandations à la Commission européenne en vue d'améliorer l’approche européenne existante.

Plus d'infos

Vous pouvez nous aider


La Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles du WWF-Belgique

Je soutiens le WWF

En devenant membre, soutenez les projets du WWF-Belgique !

Réseaux sociaux

Rejoignez-nous sur nos réseaux sociaux et suivez notre actualité.
Devenez membre